La baisse des dépenses publiques en France

Depuis l’arrivée de Sarkozy au pouvoir et durant le quinquennat d’Emmanuel Macron, la tendance en matière de gestion des dépenses publiques françaises est toute autre. La gestion est en fait revue à la baisse. Mais en dépit de cela, le PIB par habitant est croissant. Pourquoi avoir adopté une telle technique de gestion ? Pour quelles raisons mettre en place une revue retraçant la gestion des politiques publiques ? Cap sur ces questions dans la suite de l’article.

Pourquoi avoir baissé les dépenses publiques ?

Il faut lire le site pour comprendre que les dépenses qui sont revues à la baisse sont essentiellement celles des missions, de la protection sociale et des affaires économiques. Cette diminution permet une certaine marge de manœuvre au gouvernement. Il pourra stimuler la croissance économique du pays en investissant dans divers domaines. Ainsi, l’économie nationale sera consolidée et chaque citoyen pourra en bénéficier.

Malgré cela, il faut remarquer que cette diminution n’avantage pas les collectivités territoriales. La solution est de trouver la méthode idéale pour piloter le programme. De même que revoir la structuration et l’accompagnement pour rendre meilleure cette décision.

Mettre en place une revue sur la gestion des dépenses publiques : pour quelles raisons ?

Il faut noter que de nombreux pays voisins de la France ont opté pour la même technique de gestion des dépenses publiques. Mais au cours de ces dernières années, celle de la France n’était pas des plus claires. Et c’est justement pour cette raison qu’il faut qu’elle revoit ses politiques.

En effet, les pays étrangers ayant opté pour la baisse des dépenses publiques ont mis en place une revue de leurs politiques. Ce qui leur a permis d’adopter une méthode de correction afin de recadrer les actions publiques et les dépenses. Par ailleurs, il faut noter que ce recadrage doit concerner tous les secteurs même les prioritaires.

Il faudra également mettre en place une gouvernance transparente en prenant le soin d’y associer les différentes agences dans le domaine ainsi que les collectivités territoriales. Cela permettra une plus grande facilité d’adoption d’une marge de manœuvre à l’État français. Par conséquent, il pourra investir dans d’autres secteurs.